Lat. "gravastellus" (Plaut. "Epid." 620): un "hapax" problematico
ISBN: 978-2-87457-022-3
9,50 €

Lat. "gravastellus" (Plaut. "Epid." 620): un "hapax" problematico

= Article =
 
S. DEODATI, « Lat. gravastellus (Plaut. Epid. 620): un hapax problematico », Res Antiquae 6, Bruxelles, 2009.
 
-------------------------------------------------------------
L’adjectif plautinien grāvāstellus (Ep., 620) a toujours posé des problèmes à l’analyse  linguistique, étant donné qu’il s’agit d’un hapax et aussi parce qu’il n’a été pas transmis de manière univoque par tous les manuscrits (dans certains d’entre eux, on lit ravistellus). Toutefois, la forme grāvāstellus est défendable du point de vue philologique, si on prend en compte l’authenticité et l’autorité de la tradition qui l’atteste. Il est possible, dès lors, de faire remonter grāvāstellus à un étymon *grā-u̯os, qui se retrouve dans la variante plus récente rāvus, « gris ». Lié étymologiquement à des formes grecques telles que γραῦς, « vieille femme », l’adjectif *grā-u̯os comporte un signifié primitif « vieux », qui a donné, par spécialisation sémantique, le sens de « gris » dans rāvus. L’existence de telles variations en latin est confirmée par la comparaison avec les autres langues indo-européennes.
--------------------------------------------------------------