Index général : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z |
Congé : Nos bureaux seront fermés et le traitement des commandes sera suspendu du 12 au 22 avril 2024.
par Marie-Astrid Calmettes
Coll. Connaissance de l'Egypte Ancienne, 25
396 pages, 350 figures au trait
2024. Disponible
95,00 €
Ajouter au panier
ISBN: 978-2-87457-125-1

Penser et représenter le monde

Les images relatives à la conception du monde dans l'Égypte ancienne


Description | L'auteur | Sommaire | Visualiser quelques pages en PDF

À partir de différentes sources, textuelles et iconographiques, l'auteur explore la manière dont les anciens Égyptiens concevaient le monde, le mettaient en mots et en images, c'est-à-dire tout simplement, leur façon d’être au monde.

Cet ouvrage rassemble pour la première fois les différentes images du monde tel que le concevaient les anciens Égyptiens. Pour la plupart reproduites par un dessin, elles sont décrites et étudiées avec attention, venant ainsi compléter les connaissances textuelles dont nous disposons sur le sujet. L’iconographie de chaque élément constitutif du cosmos est abordée, celle du ciel, de l’élément ou des éléments le soutenant ainsi que celle la terre. Il en est de même non seulement du Noun, qui équivaut à ce que le monde créé n’est pas, mais également des frontières qui séparent les deux univers et, de fait, qui les définissent.

L'auteur s’attache aussi à comprendre l’origine de ces représentations et à analyser leur évolution dans le temps, et précise leur nature ainsi que leur fonction, laquelle témoigne de la volonté de la part des anciens Égyptiens de maintenir le cosmos en équilibre

L’objectif de cet ouvrage est pluriel : donner au lecteur une vision d’ensemble des représentations cosmologiques de l’ancienne Égypte, l’introduire à la lecture des images, discipline qui n’en est encore qu’à ces prémices, et l’amener à réfléchir à la façon dont l’être humain pense et représente le monde dans lequel il vit.

*

Tout au long de leur histoire, les anciens Égyptiens ont élaboré une conception du monde d'une grande richesse. Cette pensée témoigne non seulement d'une observation attentive de leur environnement, mais aussi d'une profonde compréhension des lois inhérentes aux grands cycles naturels.

Leur perception première - celle du Nil, de la Vallée, du désert, du voyage du soleil ou de la nuit - s'est muée en une réflexion cosmologique intense basée sur la notion d'équilibre. C'est ainsi que le concept de Maât, personnifié par une déesse, se trouve au centre des croyances religieuses et de la vision du monde des anciens Égyptiens. Le monde est pensé et représenté comme étant en équilibre, un équilibre fragile et éphémère constamment menacé par les forces entropiques, un équilibre qu'il convient sans cesse de réaffirmer.

Si les dieux participent de cet effort, les hommes ne sont pas en reste, tout autant responsables, ils se doivent d'être actifs. Ce double effort, à la fois divin et humain, s'apparente à une tension nécessairement constante et inscrite dans la durée, condition sine qua non pour que le cosmos demeure viable.


Le cosmos représenté par les dieux Nout, Chou et Geb
(Dessin de l'auteur, d'après le Papyrus Greenfield — BM EA10554/87)

Visualiser quelques pages

L'auteur

© Marie-Astrid Calmettes

Marie-Astrid Calmettes est docteur en égyptologie (ULB, Bruxelles). Formée à l’École du Louvre et à l’Université Paris IV-Sorbonne, où elle suit, entres autres, les enseignements des professeurs Jocelyne Berlandini, Claude Traunecker et Alain Zivie, Marie-Astrid Calmettes s’est très tôt intéressée à religion ainsi qu’à l’iconographie de l’ancienne Égypte. Son chemin l’a ainsi mené à rencontrer le maître de l’école de Bruxelles en matière de lecture de l’image, le professeur Roland Tefnin, qui l’accompagne  quelques années dans ses recherches. Parallèlement, elle se forme à l’École des Hautes Études en Sciences sociales, dans les domaines de l’anthropologie et de l’ethnologie. Elle enseigne depuis maintenant près de vingt-cinq ans à l’Institut d’égyptologie Khéops à Paris.

C’est dans un souci constant de questionnement de l’image qu’elle ne cesse, tout au long de ses publications, de tenter de comprendre les différents signes utilisés dans l’art sacré des anciens Égyptiens, en essayant de les définir et de caractériser leurs multiples relations, tant sur le plan textuel que sur le plan iconographique. La question du sens est au cœur de ses recherches, de même que la réflexion portant sur le cheminement qui, dans l’esprit humain, s’opère depuis la perception du réel jusqu’à sa conceptualisation et sa mise en pensée et en image. Mythes, rites et faits de figuration apparaissent en ce sens comme autant de terrains d’investigations pour tenter de comprendre comment les anciens Égyptiens habitaient le monde.

Sommaire

Préface, par S. Bickel
Remerciements
Avant-propos

Introduction

Chapitre premier. Le Noun ou le non-cosmos

   A. Le Noun représenté par de l’eau
   B. Le Noun représenté par un dieu anthropomorphe
   C. Les représentations du Noun : conclusion

Chapitre deuxième. Les frontières

   A. Les frontières représentées sous la forme de lignes, de boucles et de corps divins
   B. La frontière représentée sous la forme du signe Sn (V 9)
   C.Les frontières représentées sous la forme de serpents ou d’ouroboros
   D. Les représentations des frontières : conclusion

Chapitre troisième. Le ciel

   A. Le ciel représenté sous la forme d’un élément inanimé de type dais
   B. Le ciel représenté sous la forme d’un être animé et plus précisément d’une divinité
   C. Le ciel représenté sous la forme d’une carte : les plafonds astronomiques et les zodiaques
   D. Les représentations du ciel : conclusion

Chapitre quatrième. Les éléments maintenant la séparation entre le ciel et la terre

   A. Les éléments maintenant la séparation entre le ciel et la terre
       représentés par des bâtons, des végétaux et des emblèmes sacrés
   B. Les éléments maintenant la séparation entre le ciel et la terre représentés par des divinités
   C. Les éléments de soutien : conclusion

Chapitre cinquième. La terre

   A. La terre représentée sous la forme d’un paysage
   B. La terre représentée sous la forme d’une divinité : le dieu Geb
   C. Les représentations de la terre : conclusion

Conclusion

   A. L’origine, l’apparition et l’évolution des représentations cosmologiques
   B. La nature et le rôle des représentations cosmologiques
   C. Représenter le cosmos

Catalogue

Bibliographie
Source des illustrations
Index


Scène de la navigation royale dans le ciel
(Dessin de l'auteur, d'après une photographie de l'Osiréion de Séthy Ier en Abydos)



À découvrir aussi

« Précédent | Suivant »