Index général : A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z |
Congé : Nos bureaux seront fermés et le traitement des commandes sera suspendu du 27 au 31 mai 2024.
REF. TdH09_LES
/
ISBN: 978-2-87457-136-7 | EAN: 9782874571367

Les figures égyptisantes dans les armoiries des ex-libris

= Article =

par Gaspard LESBÉGUERIS, dans BOYER V. et QUERTINMONT A. (éd.), Égypte et ex-libris. Entre fantasme, archéologie et imaginaire (Témoins d'Histoire, 9), Éditions Safran, Bruxelles, 2022.


À l’évocation d’armoiries « égyptisantes », on pourrait avoir tendance à aller vite en besogne et les imaginer le fruit de la campagne d’Égypte (1798-1801). Ce fut en partie le cas, mais des ex-libris du XVIIIe siècle nous montrent que des éléments égyptisants s’immiscèrent plus tôt dans le répertoire de ce que l’on nomme les « meubles héraldiques ». Toujours est-il que l’Empire fournit la majorité de ces armoiries intégrant, pyramides, sphinx, camélidés et palmiers. Quel fut alors le profil des producteurs d’ex-libris aux armoiries égyptisantes, à une époque succédant à une Révolution française ayant permis une ouverture sociale et économique nouvelle au sein de la société ? Comment cette vignette de papier fit usage de l’héraldique, science meurtrie par les troubles révolutionnaires et dont l’usage fut même interdit par le décret de l'Assemblée nationale constituante du 19 juin 1790 ?

Mots clé : héraldique, armoiries, égyptisant, Empire français, Premier Empire, ex-libris

--------------------------------------------------------------

Voir l'ouvrage | Voir les autres articles de l'ouvrage

« Précédent | Suivant »