Frais d'envoi offerts à partir de 60€ d'achats
 
ISBN: 978-2-87457-118-3
REF. RANT17_FLA
/

Athènes et les mines du Laurion durant l’époque classique

= Article =
 
par Christophe FLAMENT, dans Res Antiquae 17, 2020.

Cette étude est consacrée aux retombées de l’exploitation du secteur minier du Laurion sur l’histoire athénienne durant l’époque classique, du point de vue environnemental, social, économique et politique. L’atmosphère au Laurion était réputée être particulièrement nocive, et pour cause : pour produire un gramme d’argent, environ 500 g. de plomb devait être raffinés, une opération qui requérait environ quatre kilos et demi de bois comme combustible. Étant donné les énormes quantités de métal produites chaque année (20 tonnes par an durant les phases intensives d’exploitation), il n’est pas étonnant que le Laurion ait été rapidement déboisé. Ce secteur se caractérisait également par la concentration d’infrastructures, parfois très innovantes, destinées au traitement du minerais, mais également d’une force de travail très importante (plusieurs dizaines de milliers d’esclaves) qui favorisa donc le développement d’un marché local pour l’approvisionnement en main d’œuvre servile et en céréales. Plus fondamentalement, les énormes quantités d’argent produites chaque année changèrent radicalement le cours de l’histoire athénienne. En 483/2, c’est grâce à l’argent du Laurion que les Athéniens purent se doter d’une flotte de guerre importante avec laquelle ils repoussèrent l’envahisseur perse. Cet argent disponible en grandes quantités favorisa également le développement de la monnaie frappée, ainsi que sa large diffusion, non seulement sur le territoire athénien, mais également dans toute la région égéenne grâce au système fiscal mis en place dans le cadre de la Ligue de Délos.


Mots clé : Athènes, Laurion, mines, argent, monnaie, pollution
--------------------------------------------------------------
 
« Précédent | Suivant »