ISBN: 978-2-87457-100-8
/

À propos d’un cercueil disparu. Une descendance de la reine Iahhetep Ire

= Article =
 
par Thierry STASSER, dans Res Antiquae 15, 2018.

Mis à part le cercueil CGC 28501 mis au jour par l’équipe d’Auguste Mariette à Dra Abou el Naga en 1859, tous les monuments mentionnant une reine Iahhetep, qu’ils soient contemporains ou posthumes, sont généralement attribués à  la  mère  d’Ahmosis,  dont  le cercueil CGC 61001 se trouvait dans la cachette royale de Deir el Bahari. Certains chercheurs ont même conclu qu’il n’y avait qu’une seule reine ainsi nommée, et que les deux cercueils avaient été fabriqués pour la même reine, l’un à l’époque du roi Seqenenrê Taa – dont on fait en général l’époux de cette dame – et l’autre à son décès. Ce qui expliquerait qu’elle ne soit qualifiée de mère royale que sur le second. Cependant, un des documents au nom d’une épouse royale Iahhetep prouve sans conteste qu’il y a bien eu deux reines contemporaines de ce nom. Il s’agit d’une titulature inscrite sur un cercueil depuis disparu, et conservée dans les manuscrits d’Anthony Harris à la Bibliothèque du Musée Greco Roman d’Alexandrie. Ce texte confirme l’existence d’une reine Iahhetep différente de la mère d’Ahmosis, et fut sans doute l’épouse de Kamosis.


Mots clé : Cercueil, Iahhetep I, 17e dynastie, Parente, Kamosis, Iahmes Henoutempet
--------------------------------------------------------------
 
« Précédent | Suivant »